drapeau Canada Canada : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir au Canada | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le Rapport mondial sur l'investissement 2023 de la CNUCED, le Canada a attiré 52,6 milliards de dollars d'IDE en 2022, soit une baisse de 19,8 % par rapport à 2021, année où les entrées d'IDE ont atteint 65,6 milliards de dollars. Au cours de la même année, le stock d'IDE s'est élevé à 1,44 billion de dollars. Selon les dernières données de l'OCDE, les entrées d'IDE au Canada ont augmenté au premier semestre 2023, atteignant 29,3 milliards de dollars, contre 25,4 au cours de la même période un an plus tôt. Les États-Unis et l'UE sont les principaux investisseurs au Canada : 51,5 % du stock est détenu par les États-Unis, suivis par le Royaume-Uni (6,5 %), la Suisse (4,4 %) et le Japon (4,2 %). Les Pays-Bas (3,6 %), la Chine (3,1 %) et l'Allemagne (2,9 %) sont d'autres grands pays investisseurs (par contrepartie ultime - données de l'OCDE). Les investissements sont principalement orientés vers la finance et l'assurance (36 %), l'exploitation minière et l'exploitation de carrières (21 %), la fabrication (19 %), le commerce de gros et de détail (13,2 %). Les principaux projets d'IDE annoncés ces dernières années comprennent l'investissement de 5 milliards de dollars CAD de LG Energy Solution et Stellantis dans une nouvelle usine de batteries pour véhicules électriques à Windsor, en Ontario, et l'investissement de 1,8 milliard de dollars CAD de Ford pour transformer le complexe d'assemblage d'Oakville en un pôle de fabrication de véhicules électriques comprenant l'assemblage de véhicules et de batteries.

En 2020, l'ACEUM (Accord Canada-États-Unis-Mexique, une version mise à jour de l'ALENA) est entré en vigueur, avec un impact potentiellement décisif sur les entrées et sorties d'investissements au Canada, tout comme l'Accord économique et commercial global (AECG) signé avec l'UE et actuellement appliqué de manière provisoire, dans la mesure où la ratification par les États membres individuels de l'UE est toujours en attente. Dans le même temps, le Canada a renforcé le contrôle de certains investissements étrangers en vertu de la Loi sur Investissement Canada (LIC) dans des secteurs liés à la santé publique ou impliqués dans la fourniture de biens et services critiques. En décembre 2022, le gouvernement fédéral a proposé une refonte des règles sur les investissements étrangers pour donner au gouvernement un pouvoir accru d'examiner et éventuellement de bloquer les accords internationaux présentant des risques pour la sécurité nationale. Les amendements proposés à la Loi sur Investissement Canada (LIC) comprennent une exigence pour les investisseurs étrangers dans certains secteurs canadiens (y compris les technologies sensibles, les minéraux critiques et ceux traitant des informations personnelles) de notifier le gouvernement avant de finaliser les accords. Cette proposition est intervenue après que le Canada a ordonné à trois entreprises chinoises de céder leurs investissements dans les minéraux critiques du Canada en raison de préoccupations pour la sécurité nationale. En 2023, le Canada a élargi la portée de son cadre d'examen des IDE et a publié une déclaration de politique pour préciser que les investissements dans des entités et des actifs canadiens par des entreprises publiques opérant dans des secteurs de minéraux critiques pourraient être considérés comme préjudiciables à la sécurité nationale en vertu de la Loi sur Investissement Canada. Cette politique est applicable à toutes les étapes de la chaîne de valeur et englobe divers types d'investissements, indépendamment de leur valeur ou de leur niveau de contrôle.
Le Canada bénéficie d'un climat des affaires favorable ; le pays se classe au 63e rang sur 82 pays dans le classement de l'environnement des affaires de The Economist et au 15e rang dans l'Indice de compétitivité mondiale publié par l'International Institute for Management Development (IMD). Certaines des forces du pays sont la facilité de démarrage d'une entreprise et l'obtention de crédit, une main-d'œuvre bien éduquée et une bonne infrastructure, des ressources énergétiques et minérales abondantes et diversifiées, et un secteur bancaire solide. Cependant, le Canada reste fortement dépendant des États-Unis (détention d'environ la moitié du stock d'IDE et représentant environ les deux tiers des exportations du pays) et des fluctuations des prix internationaux des matières premières, ainsi qu'un niveau élevé d'endettement des ménages. Enfin, le Canada se classe 15e parmi les 132 économies sur l'Indice mondial de l'innovation 2023 et 16e sur 184 pays sur l'Indice de la liberté économique 2023.

 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 26.88465.65952.633
Stocks d'IDE (millions USD) 1.184.7751.442.3341.439.848
Nombre d'investissements greenfield* 324379394
Value of Greenfield Investments (million USD) 17.30723.22820.865

Source : UNCTAD, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

Les stocks d'IDE par pays et par secteur d'activité

Les pays investisseurs 2020, en %
États-Unis 49,0
Royaume-Uni 6,0
Japon 4,0
Allemagne 3,0
Suisse 3,0
Chine 3,0
Pays-Bas 3,0
Brésil 2,0
France 2,0
Les secteurs investis 2020, en %
Gestion des sociétés et des entreprises 24,0
Secteur manufacturier 19,0
Secteur minier et d'hydrocarbure 17,0
Secteur financier et assurance 12,0
Vente de gros et de détail, maintenance 9,0

Source : Statistique Canada, Dernières données disponibles.

 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
Incorporation (Sociétés de capitaux privée par actions identifiées par Ltée ou Inc. ou Cie. Publique ou Privée)
Les formes d'établissements préférés par les investisseurs
Filiale
Les principaux investisseurs
General Motor, Ford, Daimler Chrysler, Exxon Mobil (L'impériale), Chevron Texaco, ConocoPhilipps, Bank of America, Home Depot, Walmart.
Les sources statistiques
Statistique Canada

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir au Canada

Les points forts

Avantages pour les IDE au Canada :

  • Une main-d’œuvre qualifiée et un haut pouvoir d'achat ;
  • Un climat des affaires accueillant ;
  • D'importantes réserves de gaz, de pétrole et de minerais ;
  • Un secteur bancaire sain ;
  • Un accès à un marché régional incomparable (ACEUM), doublé d'une forte intégration commerciale internationale ;
  • Une économie dynamique, qui dispose d'un marché de plus de 38 millions de consommateurs ;
  • Des infrastructures sophistiquées et des réseaux de transport très modernes.
Les points faibles

Inconvénients pour les IDE au Canada :

  • Une très forte exposition à l'économie américaine, notamment une dépendance à l'exportation vers les États-Unis ;
  • Une sensibilité aux prix internationaux des matières premières et aux revenus du gouvernement qui dépendent trop du pétrole ;
  • Un important endettement des ménages  (186.2 % du revenu disponible) ;
  • Une baisse de la productivité dans l'industrie manufacturière ;
  • Une diminution de la population active.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le Canada offre aux entreprises un faible taux d'imposition et un très bon climat d'affaires. Le coût total de la taxe professionnelle est de loin le plus bas parmi les pays du G7.
Les entreprises qui investissent au Canada peuvent bénéficier de toute une série d'incitations et de programmes de crédit d'impôt :

  • Recherche scientifique et développement expérimental
  • Incitatif à l’investissement accéléré
  • Fonds stratégique pour l’innovation
  • Stratégie en matière de compétences mondiales
  • Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle
  • Initiative des supergrappes d’innovation

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site Invest in Canada, qui est l'agence canadienne de promotion et d'attraction des investissements mondiaux.
Chaque province et territoire canadien dispose d'agences dédiées à la promotion des investissements qui répertorient les mesures existantes.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par le Canada
Le Canada a signé 45 traités bilatéraux d'investissement (TBI) avec plusieurs pays.
Pour voir les conventions, cliquez ici.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. Le Canada est impliqué dans 51 cas en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 29 cas en tant qu'État défendeur
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICCWBO , Chambre de commerce internationale à Rio (en anglais)
ICSID , Centre international pour le règlement des disputes d'investissement
ACEUM , Méanisme de règlement des disputes investisseur-état de l'ACEUM
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
Le Canada est signataire de la convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Canada OCDE Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 8,0 6,5 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 9,0 5,3 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 9,0 7,3 9,0 5,0

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
La propriété et les investissements étrangers peuvent faire l'objet d'un examen approfondi par le gouvernement canadien. Les investissements étrangers sont soumis à la loi sur l'investissement au Canada. Le gouvernement fédéral a pour mandat d'examiner les investissements étrangers proposés afin de s'assurer qu'ils sont susceptibles de produire un "avantage net pour le Canada" et peut également examiner les transactions pour des raisons de sécurité nationale.
La réglementation concernant les prises de participation
Possible à condition de respecter la procédure d'examen approfondie du projet.
Les obligations de déclaration
Le Canada se classe au premier rang des pays de l’OCDE pour ce qui est du faible nombre de procédures (2) et du plus court délai (3 jours) imposés pour l’établissement d’une entreprise industrielle ou commerciale. Une société étrangère peut s’établir au Canada en créant une personne morale distincte ou filiale sous le régime d’une loi fédérale canadienne ou d’une loi provinciale régissant les sociétés. Une filiale est traitée de la même façon qu’une succursale. Elle doit être titulaire d’un permis commercial ou être enregistrée auprès de la province où elle exerce son activité. En outre, les investisseurs étrangers provenant de pays ayant conclu des accords commerciaux spécifiques avec le Canada doivent généralement déposer demande auprès du ministère de l'Innovation, de la Science et du Développement économique du Canada.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Investir au Canada
Citoyenneté et immigration Canada - Guide 4000
Demande d'autorisation spécifique
Les investissements dans des secteurs spécifiques sont couverts par une législation spéciale. Le gouvernement fédéral a une compétence exclusive sur la radiodiffusion (radio, télévision et leur distribution, y compris certaines activités sur Internet) et les télécommunications. Au moins 75 % des intérêts avec droit de vote d'un service aérien doivent être détenus et contrôlés par des Canadiens. La loi sur les banques exige l'approbation ministérielle (ministère des finances) pour tout investissement étranger dans le secteur financier afin d'acquérir ou de détenir le contrôle d'une banque canadienne ou un investissement substantiel dans celle-ci. La propriété des non-résidents dans les mines d'uranium est limitée à 49 % au stade de la première production commerciale. L'investissement dans toute activité liée au patrimoine culturel ou à l'identité nationale du Canada est administré par le ministère du Patrimoine.
Pour plus d'informations, voir les lois sur les investissements au Canada

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Possibilité de louer des bureaux.
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Il est possible d’acquérir en pleine propriété ou par crédit-bail, de faire construire des immeubles industriels et commerciaux ou encore d’acquérir via une société civile immobilière. Cependant, la loi fédérale sur la citoyenneté permet à chaque province de promulguer des lois limitant la propriété de biens immobiliers dans la province par des non-résidents.
Les risques d'appropriation
L'expropriation de biens immobiliers est soumise à des régimes réglementaires tant fédéraux que provinciaux. La législation sur l'expropriation prévoit des délais de préavis. L'indemnisation est généralement basée sur la juste valeur marchande du terrain exproprié et, dans certains cas, peut inclure des coûts raisonnables et des dommages-intérêts pour des maladies nuisibles. Il existe peu de cas de précédents juridiques.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les entreprises qui investissent au Canada peuvent bénéficier de toute une série d'incitations et de programmes de crédit d'impôt :

  • Recherche scientifique et développement expérimental
  • Incitatif à l’investissement accéléré
  • Fonds stratégique pour l’innovation
  • Stratégie en matière de compétences mondiales
  • Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle
  • Initiative des supergrappes d’innovation

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site Invest in Canada, qui est l'agence canadienne de promotion et d'attraction des investissements mondiaux.
Chaque province et territoire canadien dispose d'agences dédiées à la promotion des investissements qui répertorient les mesures existantes.

Les domaines privilégiés
Aucune des incitations fédérales n'est vouée à promouvoir ou décourager l'investissement étranger au Canada. Les incitations sont faites pour poursuivre des objectifs politiques plus globaux, tels que la stimulation de la recherche & développement, ou la promotion des économies régionales.
Les zones géographiques privilégiés

Une zone franche (FTZ) est un endroit spécifique au sein d'un pays qui est officiellement désigné pour bénéficier d'exemptions tarifaires et fiscales en ce qui concerne l'achat ou l'importation de matières premières, de composants ou de produits finis.
Il existe actuellement neuf points de zone franche au Canada :

Les zones franches
none
Organismes d'aides publiques et de financement
Banque Fédéral de Développement offre des programmes de subvention et d'aide au démarrage.
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Technologie, industrie manufacturière avancée, ressources naturelles, divertissement et médias, agroalimentaire, cleantech et sciences de la vie. 
Les secteurs à fort potentiel
Technologies de l’information et de la communication (big data, Internet des objets, intelligence artificielle, cyber-sécurité, notamment), biotechnologies, santé (importance croissante du secteur avec le vieillissement de la population), télécommunications, environnement (énergies renouvelables et technologies de protection environnementale), industrie chimique et tourisme.
Les programmes de privatisation
Actuellement, la privatisation des soins est évoquée dans le secteur de la santé. Cette question est étudiée par le gouvernement et les entités parties prenantes du secteur.
Dans le secteur des infrastructures routières, plusieurs ouvrages ont été réalisés en PPP (Partenariat Public Privé).291 PPPsont actuellement en cours au Canada pour un montant total de plus de 139,48 milliards CAD.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Merx , Appels d'offres publics canadiens
Tenders Info , Appels d'offres au Canada
PODS Providers , Appels d'offres publics au Canada
DgMarket , Appels d'offres dans le monde
Buy and Sell Canada , Travaux et services publics Canada

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Plusieurs secteurs sont des monopoles provinciaux ou fédéraux au Canada, entre autres : la santé, l'importation d'alcool, l'énergie, les systèmes routiers et l'éducation.
Les IDE sont limités dans certains secteurs (radiodiffusion et télécommunications, services de transport aérien, production d'uranium, banques). 

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Banque de développement du Canada
Affaires mondiales Canada (Gouvernement du Canada)
Invest in Canada (Agence canadienne d'attraction et de promotion des investissements)
Commerce international et investissement (Gouvernement du Canada)
Les autres ressources utiles
Investissement Canada - Initiatives des communautés
Investissement Québec
Manitoba Trade and Investment (en anglais)
Investir en Alberta (en anglais)
Investir en Colombie-Britannique (en anglais)
Investir au Nouveau-Brunswick
Investir à Terre-Neuve-et-Labrador
Les guides de l'investisseur
Guide pour faire des affaires au Canada (Gowling WLG)
Doing Business in Canada (Fasken)
Faire des affaires au Canada (Thomson Reuters Practical Law)
 
 
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024